Reventin-Vaugris

Accueil

REVUE DE PRESSE

L'ESSOR 12 janvier 2017

Les élections municipales qui se sont déroulées dimanche 8 janvier ont désigné l'ancienne élue de la majorité Blandine Vidor, nouvelle maire de la commune.

Pas besoin d’un deuxième tour. Les deux candidates ont été départagées dès le premier tour avec un taux de participation de 57 %. La mobilisation est due aux enjeux de cette campagne, nés de la polémique relative à l’implantation du demi-échangeur sur l’A7, au niveau de la barrière de péage de Reventin-Vaugris.

La liste de Blandine Vidor « Tous concernés pour Reventin-Vaugris » a obtenu 460 voix contre 329 pour celle du maire sortant, Elisabeth Célard « Déterminés à avancer ensemble ». Élu avec 58 % des voix, le futur édile qui « a passé la première étape » devrait être officiellement installé dans ses fonctions vendredi 13 janvier. Une date de bonne (ou mauvaise) augure pour « faire bouger les lignes dans le dossier de l’implantation du demi échangeur ». « Un grand flou planait depuis un certain temps, la bulle a explosé et à présent il faut entreprendre un grand travail de fond », analyse B. Vidor. La future équipe municipale étant opposée au lieu d’implantation du demi-échangeur validé par le comité de pilotage, reste à savoir quelles seront ses relations avec ViennAgglo.

Dans un communiqué, le président de ViennAgglo rappelle que « cette élection d’un nouveau Conseil municipal ne saurait se substituer à la consultation publique organisée par l’Etat comme à l’analyse multicritères qui ont permis d’arrêter l’implantation du futur demi-échangeur de Reventin-Vaugris » et  que dès son élection, il « proposera au nouveau maire de Reventin-Vaugris de se rencontrer pour qu’elle lui fasse notamment connaître ses intentions quant au projet d’agglomération du Pays viennois qui a été construit avec l’ensemble des élus locaux, dans l’intérêt général de l’intercommunalité ».

Quant à Elisabeth Célard, « déçue du résultat des élections pour son équipe », elle dit partir la tête haute et rester fidèle à ses engagements en ne démissionnant pas. Ainsi, elle devient élue de l’opposition aux côtés de ses colistiers R. Boiton, Y. Jury et D. Massabo.

 Ce dernier qui estime que le « combat annoncé par certains pour faire revenir en arrière l'Etat sur sa décision, est un combat d'arrière-garde et ne peut que risquer de faire perdre toute les opportunités d'investissements et de priver la commune et toute l'agglomération d'une infrastructure devenue aujourd'hui indispensable ».

Lors du conseil communautaire du 2 février, E. Célard perdra également sa délégation petite enfance au sein de ViennAgglo, « un regret qui lui permettra de s’investir davantage dans sa fonction de conseillère départementale ».  

Sévim Sonmez

image

Article du Dauphiné Libéré du 30/04/2017

image

Article du Dauphiné Libéré du 13/05/2017

image

Article du Dauphiné Libéré du 17/05/2017

Communiqué de Presse - Jeudi 1er juin 2017

Communiqué de Presse – Jeudi 1 Juin 2017 – 18h00
Demi-Echangeur à Reventin-Vaugris : Viennagglo fait-elle de la rétention d’information ?
Engagée depuis plusieurs mois dans un bras de fer avec la présidence de ViennAgglo , la mairie de Reventin-Vaugris vous informe :
 elle n’a toujours pas obtenu copie des éléments financiers détaillés des différentes variantes du projet.
Rappelons que le Comité de Pilotage a déclaré à plusieurs reprises que la variante « Centre » était la mieux positionnée d’un point de vue budgétaire, et que ce critère a été un des éléments déterminant du choix lors de sa réunion du 14 Octobre 2016 qui a entériné la version « Centre ».
Le compte-rendu de cette réunion mentionnait déjà à ce moment que ces « estimations financières seraient mises à la disposition des financeurs qui les réclameront  ». La mairie de Reventin-Vaugris s’étonne d’etre la seule à vouloir connaitre ces estimations. Les autres communes de Viennagglo ne semblent pas intéressées et pourtant elles supportent le cout.
 Monsieur Beffre, préfet de l’Isère, a confirmé à  Madame le maire de Reventin-Vaugris l’accès à ces documents  lors de leur rencontre le 27 Mars dernier.
 Relances écrites, orales, par mail de Madame le Maire de Reventin-Vaugris auprès de Monsieur Depaepe (Vinci Autoroute), de Madame Gouache (Sous-Préfet du département de l’Isère) et de Monsieur Beffre (Préfet de l’Isère), et bien sûr auprès du président la CAPV : tout est resté « lettre morte », aucun document n’a été fourni. 
Lors de la réunion du 12 Mai 2017 (réunion d’échanges et non COPIL)  organisée par Madame Gouache à la demande de M . le préfet de l’Isère,  Madame le Maire de Reventin- Vaugris a présenté la variante sud intermédiaire, et a redemandé les documents pré-cités. Monsieur le président de la CAPV a exigé un courrier afin de répondre favorablement à cette demande. Daté du 15 Mai, un courrier  a été remis en main propre à un représentant de la CAPV le 16 Mai. Une nouvelle demande orale à la direction des services de la CAPV a été formulée lors du bureau communautaire du 18 Mai. Un courrier identique a été envoyé en LRAR le 24 Mai à la présidence de la CAPV. Toutes ces demandes n’ont pas eu d’effet à ce jour.
On peut se demander alors si cette situation ne résulte pas d’une volonté délibérée de ne pas fournir à l’équipe municipale ces informations importantes, voire essentielles auxquelles elle a un droit d’accès en tant que co-financeur de ce projet. Elles permettraient en particulier de comprendre l’origine des différences de chiffrages entre les options « Centre » et « Sud » et, peut-être de savoir si ce travail d’évaluation financière a été entrepris en toute honnêteté intellectuelle. L’équipe municipale de Reventin-Vaugris  rappelle qu’elle milite toujours pour une variante « Sud intermédiaire » dont une première étude confirme sa faisabilité technique et qui n’a pas pour l’instant daigné être considérée par les parties prenantes dites légitimes dans ce dossier.